QUATRIÈME BONNE RAISON D'ISOLER DES COMBLES